• François reçoit

    Le 8 juin, le pape François a reçu les présidents israélien Shimon Peres et palestinien Mahmoud Abbas dans sa résidence Sainte Marthe au Vatican.

    Pour en savoir plus, cliquez ici.

    François reçoit

    François reçoit

    François reçoit


    5 commentaires
  • Yad Vashem

    Le 26 mai, le pape François s'est rendu au mémorial de Yad Vashem en Israël. La Shoah est une «tragédie incommensurable», a déclaré le pape François lors de cette visite.

    «Adam, où es-tu? Je ne te reconnais plus?», a-t-il lancé dans une longue méditation imaginant avec une profonde émotion ce que pouvait penser Dieu de l'homme lors de ces années noires.

    «Non, cet abîme ne peut pas être seulement ton œuvre, l’œuvre de tes mains, de ton coeur... Qui t'a corrompu ? Qui t'a défiguré? Qui t'a inoculé la présomption de t'accaparer le bien et le mal? Qui t'a convaincu que tu étais dieu? Non seulement tu as torturé et tué tes frères, mais encore tu les as offerts en sacrifice à toi-même, parce que tu t'es érigé en dieu!», a-t-il poursuivi.

    Dieu «connaissait le risque de la liberté: il savait que le fils aurait pu se perdre... Mais peut-être, pas même le Père ne pouvait imaginer une telle chute, un tel abîme!», a-t-il dit dans la «Salle du souvenir», en présence du président Shimon Peres, du Premier ministre Benyamin Netanyahu et des rabbins du mémorial.

    Le pape François a rallumé la flamme du mémorial, déposé une couronne de fleurs, et salué des survivants de l'Holocauste.


    3 commentaires
  • Saint Sépulcre

    Le 25 mai, le pape François s'est rendu au Saint Sépulcre, à Jérusalem.

    Saint Sépulcre

    Saint Sépulcre


    4 commentaires
  • Chemin de croix

    Le 18 avril, le pape François a assisté au chemin de croix au Colisée à Rome.

    Pour en savoir plus, cliquez ici.

    Chemin de croix

    Chemin de croix


    9 commentaires
  • Le pape aux mafieux: «changez de vie»

    Le pape François a lancé un appel aux «hommes et aux femmes de la mafia» à «changer de vie, à arrêter de faire le mal, à se convertir».

    Le pape François a lancé vendredi 21 mars 2014 un appel aux «hommes et aux femmes de la mafia» à «changer de vie, à arrêter de faire le mal, à se convertir», lors d'une cérémonie en mémoire des victimes de la criminalité organisée à Rome.

    Le pape a fustigé dans une église de Rome, proche du Vatican, «le pouvoir, l'argent qui provient aujourd'hui de tant de crimes mafieux et d'affaires sales». Il s'agit d'«argent ensanglanté, de pouvoir ensanglanté. Ce pouvoir ensanglanté vous ne pourrez pas l'emporter avec vous dans l'au-delà.»

    Ne pas finir en enfer

    «Il est encore temps de ne pas finir en enfer. C'est ce qui vous attend si vous continuez sur cette voie» a-t-il ajouté.Cette déclaration très forte de François rappelait le cri de colère de Jean Paul II à Agrigente (Sicile) en 1993, quand il avait demandé aux mafieux de «se convertir».

    «Que l'esprit de responsabilité l'emporte pas à pas dans le monde sur la corruption», a-t-il encore demandé.Lors d'une cérémonie organisée par l'association catholique anti-mafia Libera, une liste de 842 noms de victimes des mafias a été lue devant le pape qui écoutait l'expression grave, tête baissée.


    14 commentaires
  • Le pape aux nouveaux cardinaux: "Évitez les comportements de cour"

    Le pape François a demandé dimanche aux 19 cardinaux qu'il a créés samedi d'aller vers plus de sainteté et d'éviter "les comportements de cour", tels qu'"intrigues, bavardages, favoritisme", lors d'une messe au Vatican.

    Un cardinal "entre dans l'Eglise de Rome, il n'entre pas dans une cour", a prévenu François au cours de la messe qu'il célébrait dans la basilique Saint-Pierre de Rome, aux côtés des nouveaux cardinaux créés la veille.

    Dans son homélie, le pape a insisté sur la nécessité d'un "supplément d'oblativité gratuite", de sainteté, que tout nouveau cardinal se doit de pratiquer.

    "Aimons ceux qui nous sont hostiles, bénissons celui qui dit du mal de nous, saluons d'un sourire celui qui peut-être ne le mérite pas, n'aspirons pas à nous faire valoir, mais opposons la douceur à la tyrannie, oublions les humiliations subies", a lancé François.

    François a ajouté que les cardinaux devaient s'entraider et éviter des "habitudes et des comportements de cour: intrigues, bavardages, cercles, favoritisme".

    Le pontife, qui a choisi notamment de résider hors des appartements officiels du Vatican afin d'aller vers plus de simplicité, avait déjà demandé récemment à ses fidèles de s'abstenir de "papoter" après la messe.

    "Peut-être suis-je occupé à papoter +tu as vu comment elle est habillée celle-là! Comment il est vêtu celui-là!+ Parfois on fait cela après la messe, et on ne doit pas le faire", avait-il dit lors d'une audience générale place Saint-Pierre le 12 février dernier.

    Dimanche, il a insisté sur le fait que Jésus n'était pas venu "pour nous enseigner les bonnes manières, des manières de salon!". "Etre saints n'est pas un luxe, c'est nécessaire pour le salut du monde", a-t-il souligné.

    Il a présidé cette célébration aux côtés de près de 150 cardinaux, réunis au cours des jours précédents au Vatican pour un consistoire extraordinaire de deux jours sur le thème de la famille puis pour un consistoire ordinaire pour la création des nouveaux cardinaux.

    De Ouagadougou, d'Abidjan, des Cayes en Haïti, de Cotabato aux Philippines, de Managua, de Castries (Sainte-Lucie) aux Antilles, de Pérouse (centre de l'Italie), plusieurs d'entre eux sont venus des "périphéries", formule qu'aime utiliser François.

    Seize nouveaux électeurs (moins de 80 ans, en cas de Conclave) sont entrés au Sacré collège, et trois autres sont émérites sans droit de vote. Le Sacré collège compte désormais 218 cardinaux dont 122 électeurs.

     


    25 commentaires
  • Bénédiction Urbi et Orbi

    Le 25 décembre, le pape François a donné son message Urbi et Orbi,  et  a prié pour les conflits à travers le monde, ne donnant sa bénédiction qu’en italien.

    Bénédiction Urbi et Orbi

    « Gloire à Dieu au plus haut des cieux et sur la terre paix aux hommes qu’il aime » (Lc 2,14)

    Chers frères et sœurs de Rome et du monde entier, bonjour et joyeux Noël !

    Je fais mien le chant des anges, qui apparurent aux bergers de Bethléem dans la nuit où naquit Jésus. Un chant qui unit ciel et terre, adressant au ciel la louange et la gloire, et à la terre des hommes le vœu de paix.  

    Je vous invite tous à vous unir à ce chant : ce chant est pour chaque homme et pour chaque femme qui veille dans la nuit, qui espère un monde meilleur, qui prend soin des autres en cherchant à faire humblement son devoir.

    Gloire à Dieu !

    Noël nous appelle à cela avant tout : à rendre gloire à Dieu, parce qu’il est bon, il est fidèle, il est miséricordieux. En ce jour, je souhaite à tous de reconnaître le vrai visage de Dieu, le Père qui nous a donné Jésus. Je souhaite à tous de sentir que Dieu est proche, de demeurer en sa présence, de l’aimer, de l’adorer.

    Et que chacun de nous puisse rendre gloire à Dieu, surtout par sa vie, une vie dépensée pour son amour et pour celui des frères.

    Paix aux hommes.

    La paix véritable – nous le savons – n’est pas un équilibre entre des forces contraires. Ce n’est pas une belle « façade », derrière laquelle il y a des oppositions et des divisions. La paix est un engagement de tous les jours, mais, la paix est artisanale, on la fait avancer à partir du don de Dieu, de sa grâce qui nous a été donnée en Jésus Christ.

    En regardant l’Enfant dans la crèche, enfant de paix, pensons aux enfants qui sont les victimes plus fragiles des guerres, mais pensons aussi aux personnes âgées, aux femmes maltraitées, aux malades… Les guerres brisent et blessent tant de vies !

    Le conflit en Syrie en a trop brisé ces derniers temps, fomentant haine et vengeance. Continuons à prier le Seigneur, pour qu’il épargne au bien-aimé peuple syrien de nouvelles souffrances et que les parties en conflit mettent fin à toute violence et garantissent l’accès aux aides humanitaires. Nous avons vu combien la prière est puissante ! Et je suis heureux qu’aujourd’hui des croyants de diverses confessions religieuses s’unissent aussi à notre supplication pour la paix en Syrie. Ne perdons jamais le courage de la prière ! Le courage de dire : Seigneur, donne ta paix à la Syrie et au monde entier. Et j’invite aussi les non-croyants à désirer la paix, avec leur désir, ce désir qui élargit le cœur : tous unis, ou avec la prière ou avec le désir. Mais tous, pour la paix. 

    Donne la paix, petit enfant, à la République Centrafricaine, souvent oubliée des hommes. Mais toi, Seigneur, tu n’oublies personne ! Et tu veux porter aussi la paix à cette terre, déchirée par une spirale de violence et de misère, où beaucoup de personnes sont sans maison, sans eau ni nourriture, sans le minimum pour vivre. Favorise la concorde au Sud-Soudan, où les tensions actuelles ont déjà provoqué trop de victimes et menacent la cohabitation pacifique dans ce jeune État.

    Toi, Prince de la Paix, convertis partout le cœur des violents pour qu’ils déposent les armes et entreprennent le chemin du dialogue. Regarde le Nigeria, lacéré par de continuelles attaques qui n’épargnent pas les innocents ni ceux qui sont sans défense. Bénis la Terre que tu as choisie pour venir dans le monde et fais aboutir à une heureuse issue les négociations de paix entre Israéliens et Palestiniens. Guéris les plaies de l’Irak bien-aimé, encore frappé par de fréquents attentats.

    Toi, Seigneur de la vie, protège tous ceux qui sont persécutés à cause de ton nom. Donne espérance et réconfort aux personnes déplacées et aux réfugiés, spécialement dans la Corne de l’Afrique et dans l’est de la République démocratique du Congo. Fais que les migrants en quête d'une vie digne trouvent accueil et aide. Que des tragédies comme celles à laquelle nous avons assisté cette année, avec les nombreux morts à Lampedusa, n’arrivent jamais plus !

    Ô Enfant de Bethléem, touche le cœur de tous ceux qui sont impliqués dans la traite des êtres humains, afin qu’ils se rendent compte de la gravité de tels délits contre l’humanité. Tourne ton regard vers les nombreux enfants qui sont enlevés, blessés et tués dans les conflits armés, et vers tous ceux qui sont transformés en soldats, volés de leur enfance.

    Seigneur du ciel et de la terre, regarde notre planète, que la convoitise et l’avidité des hommes exploitent souvent sans faire preuve de discernement. Assiste et protège tous ceux qui sont victimes de calamités naturelles, surtout le cher peuple philippin, gravement frappé par le récent typhon.

    Chers frères et sœurs, en ce monde, en cette humanité aujourd’hui est né le Sauveur, qui est le Christ Seigneur. Arrêtons-nous devant l’Enfant de Bethléem. Laissons notre cœur s’émouvoir : n’ayons pas peur de cela. N’ayons pas peur que notre cœur s’émeuve ! Nous avons besoin que notre cœur s’émeuve. Laissons-le se réchauffer à la tendresse de Dieu ; nous avons besoin de ses caresses. Les caresses de Dieu ne font pas de blessures : les caresses de Dieu nous donnent paix et force. Nous avons besoin de ses caresses. Dieu est grand en amour, à Lui la louange et la gloire dans les siècles ! Dieu est paix : demandons-lui qu’il nous aide à la construire chaque jour, dans notre vie, dans nos familles, dans nos villes et dans nos nations, dans le monde entier. Laissons-nous toucher par la bonté de Dieu.


    Vœux après le Message Urbi et Orbi
    Noël 2013

    À vous tous, chers frères et sœurs, venus de partout dans le monde sur cette place, et à vous tous de divers pays qui êtes reliés par les moyens de communication, j’adresse mes vœux : joyeux Noël !

    En ce jour illuminé par l’espérance évangélique qui vient de l’humble grotte de Bethléem, j’invoque le don propre à Noël de la joie et de la paix pour tous : pour les enfants et les personnes âgées, pour les jeunes et les familles, pour les pauvres et les exclus. Que Jésus, qui est né pour nous, réconforte tous ceux qui sont éprouvés par la maladie et par la souffrance ; qu’il soutienne ceux qui se consacrent au service de leurs frères qui en ont le plus besoin. Joyeux Noël à tous !

     


    21 commentaires
  • François reçoit

    Le 7 octobre, le papa François a reçu le roi et la reine du Lesotho, au Vatican.

    François reçoit

    François reçoit


    8 commentaires
  • Le pape François prie pour la paix en Égypte et pour les femmes

    Peu avant de réciter l’Angélus sur la place de Castel-Gandolfo où il s’est rendu pour le 15 août, le pape François a appelé à la pacification en Égypte, au lendemain d’un bain de sang au Caire, et prier pour « toutes les victimes et leurs familles », pour les « blessés et tous ceux qui souffrent ».

    Comme il l’avait déjà fait dans l’avion qui le ramenait de Rio de Janeiro (Brésil), le 29 juillet dernier, le pape François a ensuite rappelé l’importance de la dignité de la femme et souhaité que chacune puisse trouver la « plénitude » de sa vocation.

     


    24 commentaires
  • Lundi de l'ange serein

    Le 1ier avril, pape François a exhorté lundi les chrétiens à traduire dans «le quotidien» les sacrements qu’ils ont reçus, en manifestant leurs convictions «dans leurs comportements, leurs gestes et leurs choix».

    Le pape a ensuite récité la prière du Regina Coeli, en hommage à la Vierge qu’il vénère particulièrement, puis a salué l’assistance de quelques mots en évoquant «les chers pèlerins venus de divers continents pour participer à cette rencontre de prière».

    «Je souhaite à chacun de vous un lundi de l’ange serein», a-t-il conclu, en ajoutant: «Bonnes Pâques à tous, Bonnes Pâques et bon repas», des mots rajoutés au texte initial de son texte salués par un hurlement de joie de la foule.

    Renonçant une nouvelle fois aux saluts en langues étrangères, celui qui aime se définir davantage comme «évêque de Rome» que comme chef de l’Eglise universelle, s’est ensuite attardé quelques minutes et a béni à plusieurs reprises les fidèles qui l’acclamaient.

    Lundi de l'ange serein


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique