• Les voeux d'Elizabeth

    La reine Elizabeth a enregistré ses voeux au Commonwealth le 9 décembre.

    Last week, on the 8th of March, we marked the hundredth anniversary of the first International Women’s Day. The idea of having a women’s day was first proposed against the backdrop of the rapid industrialisation of the early twentieth century. From small beginnings, this idea has grown to become a widely recognised way of celebrating women around the world. While some people use this day to acknowledge the love, admiration and respect for women, others use it to remember the great social and political strides made both by and for women in the last hundred years. There is no right or wrong approach.

    In the Commonwealth, every year, 26 million girls are born; and this equates to one new baby girl arriving almost every second of every day. In the time it takes to hold the Commonwealth Observance Service at Westminster Abbey, nearly four thousand girls will have been born in Commonwealth lands. And every one of these births marks the start of a new life, a journey which begins with the hopes of parents, families and communities, and which is continued through the aspirations of those girls themselves.

    This year, the Commonwealth celebrates the important role that women already play in every walk of life and in every Commonwealth country – from the richest to the poorest areas, across continents and oceans, from villages to places of international debate, in every culture and faith – recognising that women are ‘agents of change’ in so many ways: as mothers and sisters, teachers and doctors, artists and craftspeople, smallholders and entrepreneurs, and as leaders of our societies, unleashing the potential of those around them.

    And also this year, the Commonwealth reflects on what more could be achieved if women were able to play an even larger role. For example, I am encouraged that last year the Commonwealth launched a global effort to train and support half a million more midwives worldwide.

    In all this work the commendable goal is to create a greater opportunity for women as children and adults to pursue their hopes and dreams, to attain their goals, and to make best use of their talents and knowledge.

    This year, and on Commonwealth Day especially, as governments continue to search for new ways to tackle these important challenges, let us all give a thought to the practical ways in which we, as individuals or as groups, can provide support to girls and women – so that everyone can have a chance of a fuller and more rewarding life, wherever they happen to be born.

     


    1 commentaire
  • les voeux d'Albert de Belgique

    Le 24 décembre au soir, le roi des belges a présenté ses voeux à son peuple.

    Vidéo

    Je voudrais d'abord dire aux familles des victimes du drame de Liège et aux personnes blessées toute la compassion émue de l'ensemble du pays à leur égard. Je remercie de tout cœur les différents services qui sont intervenus rapidement pour venir en aide.

    Mesdames et Messieurs,

    Lors de notre Fête Nationale, je vous avais fait part de ma grande préoccupation due à la longueur de la crise politique, et j'avais mis en garde quant aux conséquences négatives de cette crise.

    Aujourd'hui, je puis enfin me réjouir vivement avec vous des accords réalisés et de la formation d'un nouveau Gouvernement fédéral de plein exercice. Cela prouve que notre pays demeure capable de réaliser des compromis qui rassemblent, tant sur le plan communautaire qu'en matière économique et sociale.

    Bien sûr, cela ne signifie pas que tout soit résolu pour autant. Plusieurs défis nous attendent.

    Tout d'abord, il va falloir traduire en textes de loi les réformes institutionnelles profondes qui ont été décidées. Elles donneront aux entités fédérées davantage de compétences, une plus grande autonomie fiscale, et une responsabilisation accrue. Cette transformation doit se réaliser sans nostalgie et avec la ferme volonté de voir ce nouveau projet pour notre pays réussir pleinement.

    En même temps, le Gouvernement devra faire face à des défis économiques et sociaux énormes. Là aussi des décisions rigoureuses ont été prises afin de préserver à terme le bien-être de la population. Chacun devra cependant contribuer, en fonction de ses capacités, aux sacrifices nécessaires pour rétablir au plus vite les finances publiques de notre pays.

    Mais suffit-il de mettre en œuvre des réformes institutionnelles et économiques pour faire progresser notre pays de façon décisive ?

    C'est essentiel mais pas suffisant. Il importe que ces réformes s'accompagnent d'une évolution profonde de nos mentalités.

    À ce sujet, je pense d'abord à une meilleure compréhension entre les citoyens de nos différentes Communautés et Régions. Il serait quand même incompréhensible, à une période où  il est tant question de globalisation, d'ouverture à d'autres cultures sur le plan international, que l'entente entre voisins immédiats, au sein d'un même pays, soit déficiente.

    Veillons donc à mieux comprendre la culture, la mentalité des uns et des autres. Nous percevrons alors les complémentarités qui existent entre nos diverses Communautés et Régions. Nous réaliserons combien ces complémentarités sont une richesse qui favorise la tolérance et la créativité. Encourageons des projets qui mobilisent les citoyens à mieux se connaître. Rejetons fermement les caricatures simplistes et injustes de l'autre, qui attisent les préjugés et les antagonismes stériles et sèment la division.

    Je suis convaincu que si nous avançons sur cette voie, de nouvelles formes de collaboration se développeront entre nos entités fédérées, devenues plus autonomes.  C'est ce qui s'est passé jadis dans le monde universitaire.

    Veillons enfin, dans la période économique la plus difficile depuis la Seconde Guerre mondiale, à préserver au mieux la tradition de dialogue entre partenaires sociaux, qui est un des grands acquis de notre pays. Le souci de la cohésion sociale doit être une préoccupation constante pour tous.

    Maintenant que nous avons retrouvé notre capacité à résoudre nos difficultés intérieures, nous sommes à nouveau crédibles sur le plan international pour rependre notre rôle de pionnier dans la construction européenne. Dans de nombreux domaines, seule une Europe cohérente est en mesure de répondre aux grands défis que nous connaissons actuellement. Nous pouvons y contribuer efficacement.

    Avant de conclure, je voudrais rendre un hommage spécial à deux groupes de citoyens.

    En cette année du bénévolat, je tiens à féliciter chaleureusement tous les bénévoles de notre pays, et ils sont nombreux. Pas moins de un million de compatriotes travaillent avec générosité et compétence au service des autres. Ils méritent toute notre reconnaissance et notre admiration.

    Enfin, j'aimerais m'adresser à nouveau à nos militaires qui passeront ces fêtes de Noël et Nouvel-An loin de leur famille, en Afghanistan, au Liban, ou en Afrique. Ils œuvrent pour un monde meilleur. Qu'ils en soient vivement remerciés, tout comme ceux qui ont opéré récemment dans le ciel de Libye ou au large de ses côtes.

    C'est dans cet esprit de recherche de paix, à l'intérieur comme à l'extérieur de notre pays, que la Reine et moi et toute notre famille vous souhaitons de chaleureuses fêtes de Noël et une heureuse nouvelle année.

    In diesem Sinn der Friedensbestrebung, wünschen die Königin, ich selbst und unsere ganze Familie Ihnen frohe Weihnachten  und ein glückliches neues Jahr.

     


    votre commentaire
  • Joyeux Noël du Grand Duc

    Le 24 décembre, le Grand Duc Henri a rpésneté ses voeux à la nation.

    Chers concitoyens,

    C’est une bonne tradition qui veut que, la veille de Noël, on prenne le temps de jeter un regard rétrospectif sur les douze mois qui viennent de s’écouler. Quels sont les événements que nous avons vécus?  Qu’en avons-nous retenu de positif?  Que voulons-nous changer éventuellement l’année prochaine?

    Rarement une année aura été autant caractérisée par quelques événements exceptionnels qui ont marqué l’actualité de leur empreinte.  Je pense en premier lieu à l’inquiétante crise de la dette au sein de la zone euro, qui a également des répercussions sur le Luxembourg.  Je suis convaincu que notre pays fait tout pour surmonter la crise – et en conjuguant nos efforts, nous y arriverons certainement.  Je pense également aux changements politiques historiques dans le monde arabe, à la terrible famine en Afrique de l’Est et au terrifiant tremblement de terre au Japon.

    Lorsque, le 11 mars, la terre a tremblé au Japon et qu’un tsunami a inondé les régions côtières, le monde a retenu son souffle.  Or, cet événement n’allait pas se limiter à une tragique catastrophe naturelle.  En effet, la centrale nucléaire de Fukushima, devenue incontrôlable, a contaminé une région entière.  Des centaines de milliers de personnes ont perdu leur foyer. En cette veille de Noël, nos pensées vont au peuple japonais ainsi qu’à toutes les autres victimes de catastrophes et de guerres.  Bien sûr, nous pensons également aux familles qui, chez nous, étaient ou sont dans la détresse ou le besoin.

    Comme je viens de le dire, la catastrophe nucléaire japonaise a sensibilisé beaucoup de gens dans le monde entier.  Dans un grand nombre de pays, on s’interroge à nouveau avec insistance sur la sécurité des réacteurs nucléaires, l’approvisionnement en énergie de demain et la protection de la nature.  Il est impossible de ne pas entendre les voix qui s’élèvent en faveur d’une politique énergétique nouvelle, plus écologique.

    Tant dans le domaine de la protection de la nature et de l’environnement que dans celui de l’approvisionnement en énergie et du comportement des consommateurs, nous devons être conscients des conséquences de nos propres actes.  Dans ce contexte, consommer de manière responsable est une condition impérative.  Nous savons aujourd’hui que statistiquement, une seule terre ne suffirait pas si sept milliards d’humains adoptaient notre mode de vie.  Nous sommes là confrontés à un sérieux problème de ressources et d’émissions.   Par conséquent, nous devons réfléchir à un certain nombre de questions: comment et dans quelle mesure pouvons-nous maintenir notre prospérité sans vivre aux dépens d’autrui?  Comment pouvons-nous freiner notre faim énergétique?  Personne ne peut se soustraire à sa responsabilité en disant: "Cela ne me regarde pas"!  Et nous avons une responsabilité d’autant plus grande que nous vivons dans un pays, où, même en des temps plus difficiles, beaucoup de gens connaissent heureusement une certaine aisance, responsabilité qui, dépassant de loin les frontières de notre territoire, concerne également notre politique de développement.  Tout cela souligne la nécessité de mesures profondes et d’un réel changement de conscience pour garantir la protection de l’environnement et de la nature sans pour autant verser dans l’idéologie.

    Pour cette raison, je lance un appel à la société et à tout un chacun: n’hésitons pas à nous fixer des objectifs ambitieux quand il s’agit de préserver la création!  Faites bouger les choses et les gens pour qu’ils œuvrent ensemble pour la construction d’un Luxembourg écologiquement responsable et solidaire, en n’oubliant pas que les gens et les familles moins aisés devront eux aussi être en mesure de se payer l’eau et l’énergie dont ils auront besoin demain.

    Dans ce contexte, je tiens à saluer expressément toutes les mesures publiques et privées prises ces dernières années pour préserver l’environnement, protéger la nature et promouvoir les énergies alternatives.  En plus, je tiens à féliciter chacun qui apporte sa contribution en réduisant sa consommation d’énergie et d’autres ressources non renouvelables.

    Mes visites de réserves naturelles, mes entretiens avec des producteurs d’électricité verte et mes promenades ne cessent de me rappeler tant la fragilité de la nature que l’important potentiel qu’elle renferme.  Mes parents et grands-parents m’ont fait découvrir la joie que procure l’expérience de la nature, joie que la Grande-Duchesse et moi-même avons, à l’instar de nombreux parents, transmis également à nos enfants.  À mon avis, il est extrêmement important que les jeunes générations comprennent dès leur plus jeune âge l’importance de pouvoir grandir dans un environnement sain.  Peu à peu, ils comprendront également que la protection de la nature et de l’environnement est liée aux questions du développement durable et de la paix, de la pauvreté et de la richesse, des droits de l’homme et des conditions de travail dans les pays producteurs des ressources que nous consommons.

    Chers concitoyens,

    Dans son ouvrage le plus récent, le diplomate et politologue français Stéphane Hessel, que par ailleurs j’ai eu l’occasion de rencontrer, plaide pour un "développement soutenable".  Il prend l’exemple du bon jardinier qui exploite les fruits de la terre d’une manière intelligente, afin que les plantes puissent se développer et se renouveler.  "Un des défis les plus importants, c’est la Terre", écrit Hessel.  La protection de la nature et de la terre ne s’arrête pas à nos frontières, elle nous concerne tous, nous qui vivons ou travaillons au Luxembourg.  Je vous encourage donc à vous investir dans ce domaine, ici au Grand-Duché tout comme dans vos pays d’origine.

    Chers concitoyens,

    Nous pouvons nous estimer heureux de vivre dans un pays qui, en de nombreux endroits, reste marqué par la beauté de ses paysages.  Ce n’est pas un hasard si, pendant une brève période de son histoire, notre pays faisait partie du département des Forêts.  En cette fin de l’Année internationale des forêts, nous devrions être conscients de ce que c’est que de vivre dans un pays riche en forêts et en ruisseaux, disposant de parcs naturels, bénéficiant d’un climat modéré et offrant une bonne qualité de l’air et de l’eau.  C’est là un patrimoine extrêmement précieux qu’il faut préserver, pour nous-mêmes comme pour la société et tous ceux qui viendront après nous.  Pour cette raison, faisons de la protection de la nature et de l’environnement une priorité personnelle.

    Chers concitoyens,

    En cette veille de Noël, je vous souhaite à vous tous, avec la Grande-Duchesse, mon père, le Grand-Duc Jean, et nos enfants, une bonne fête de Noël et une heureuse année 2012.

     


    votre commentaire
  • Voeux de l'infante Elena

    L'infante Elena a choisi de mettre ses enfants en avant.

    Voeux de l'infante Elena


    1 commentaire
  • Voeux du roi et de la reine d'Espagne

    Cette année, leurs majestés ont choisi une très jolie photo religieuse pour adresser leurs voeux.

    Voeux du roi et de la reine d'Espagne


    10 commentaires
  • Voeux de l'infante Elena

    Voici la carte de voeux de l'infante Cristina et de sa famille. Je pense que cette carte a été faite avant l'affaire...

    Voeux de l'infante Cristina


    19 commentaires
  • Joyeux Noël et Bonne Année

    Voici la carte envoyée par les princes des Asturies pour Noël 2011!

    Joyeux Noël et Bonne Année de felipe et Letizia


    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique