• Libération

    Libération

    Le 27 janvier, le roi Willem et la reine Maxima se sont rendus au camp de concentration et d’extermination d’Auschwitz-Birkenau en Pologne, pour particciper aux commémorations des 70 ans de la libération du camp.

    Libération

    Libération

    Libération

    Libération


  • Commentaires

    1
    Mercredi 28 Janvier 2015 à 11:57

    Merci pour ces photos et mises à jour. Je me demandais si les "condoléances" au richissime nouveau roi du pétrole ne pesaient pas plus dans la balance, tout d´un coup, que la commération d´une atrocité dont les lecons n´ont pas encore porté, malheureusement.

    Le Luxembourg aurait pu s´épargner des fleurs, on ne met pas, par tradition, de fleurs sur les tombes juives, mais il y avait d´autres victimes à Auschwitz, alors ce sera symboliquement ok.

    Dire que si Churchill et les alliés avaient accepté de bombarder les voies de trains menant à Auschwitz comme des rescapés juifs le leur avaient demandé, il me semble déjà en 1943, il y aurait pu avoir beaucoup moins de victimes. Mais l´effort de guerre se concentrait alors sur l´armée, pas sur la fermeture de camps de concentration, qui débarrassait l´Europe de la majorité de ses juifs, si dérangeants, mal-aimés, méprisés voire hais (pas seulement pas les allemands) et cibles faciles.

    Ce que j´aimerais bien savoir, c´est, outre les tetes de gouvernement et représentants officiels, quels rabbins étaient présents à cette cérémonie.

    Je suis juive, mais je n´ai jamais été à Auschwitz, et je n´y compte pas, trop dur. Du coté de mon père, la Belgique et la Hollande y ont envoyé des miens, et du coté de ma mère, c´est à Varsovie que tout a été terminé pour la famille de mon grand-père, seul rescapé, ayant quitté la Pologne pour Londres en 1939. Ma grand-mère me le rappelle chaque année en pleurant. Il y a dix ans, mon mari m´a emmené "visiter" le camp de concentration de Sachsenhausen, en Allemagne de l´Est, petit, plus pour les intellectuels opposants au régime, si je me souviens bien. Cela m´a déjà suffi. Cette présence de mort, cette atmosphère pesante, glaciale... ce vide. Plus jamais ca.

    Il est temps de cesser de détruire, de tuer, de par le monde.

    Temps de se rendre compte que la vie est un cadeau, un cadeau précieux, et qu´il faut l´utiliser pour planter, construire, batir, s´entraider. On commence par un sourire à son voisin. Et le monde s´illumine, dans toute sa beauté. Paix aux hommes.

    2
    Mercredi 28 Janvier 2015 à 12:13

    Je ne suis pas juive mais je vous comprends. Moi non plus je serais incapable de "visiter"( mot inapproprié recueillir serait mieux) un de ces horribles lieux.

    3
    Mercredi 28 Janvier 2015 à 17:10

    L'Argentine de Peron, pays de Maxima, a recueilli et protégé beaucoup d'anciens criminels nazis en fuite, idem pour l'Espagne de Franco et l'Italie.

    4
    Mercredi 28 Janvier 2015 à 17:13

    Je ne suis pas juive mais je suis allée a Auschwitz il y a quelques années. C était pour moi très important de le faire. Présenter un hommage à tous ces innocents massacrés. Très impressionnant. J ai pris une sacrée claque. Heureuse de l avour fait......pour eux..quelque part. On ne les oublie pas.on devrait envoyer tous les négationnistes, les Dieudonné..etc...là-bas pour voir de leurs propres yeux. Cela les ferait (peut être) réfléchir.

    ce DEVOIR de mémoire devrait être une étape obligatoire pour , au moins, les préadultes. C est vraiment le moins que l on puisse faire pour toutes ces âmes.

    5
    Mercredi 28 Janvier 2015 à 17:16

    D accord avec vous Vertigo 04!!! Scandaleux! Bien sûr on ne peut pas en vouloir à Maxima. Mais on devrait trainer son père par la peau des fesses et l amener là-bas à Auschwitz pour lui ouvrir les yeux puisque le coeur, on ne peut plus y compter.....

    6
    Mercredi 28 Janvier 2015 à 17:23

    Juliatje : le père de Maxima n'a rien à voir avec les crimes commis durant la guerre 1939/1945. Il a "simplement" été ministre de l'agriculture sous la dictature du général Videla. En même temps, au vu des crimes perpétués et des disparition jamais élucidés durant cette période, sa participation n'est pas une référence.

    7
    Mercredi 28 Janvier 2015 à 17:45

    Oui bien sûr, je comprends bien que le père de Maxima n a rien à voir avec la situation de 1945.

    Mais tout de même, lorsqu on a un poste  important dans un gouvernement mené par un DICTATEUR, et qu on sait très bien que des milliers de personnes "disparaissent" car elles sont dissidentes, on ne peut pas avoir les mains propres....Cet homme est abject. J habite aux Pays Bas et je suis scandalisée qu il puisse venir dans ce pays sans être inquiété, il possède même une propriété ici. Il mérite la prison pour, au moins complicité, si, vraiment, il n a pas été acteur de ce drame. Cela me révolte.

    Justement, les hommes politiques et le reste du monde aurait dû tirer les leçons de cette Shoah. 

    8
    Mercredi 28 Janvier 2015 à 17:51

    Juliatje : aucun homme politique n'a les mains propres. Un jour ou l'autre, ils seront tous obligés, au nom de la politique, de fermer les yeux sur quelqu'un, sur des actions controversées, etc. Si on décide de faire de la politique, c'est à ce prix.

    9
    Mercredi 28 Janvier 2015 à 17:55

    Auschwitz: PLUS JAMAIS ÇA!!!!!

    10
    Mercredi 28 Janvier 2015 à 18:36

    Vertigo 04, c est évident et de notoriété publique que la politique est par essençe même faite de compromis et de saletés. Mais, on est quand même libre d accepter ou non de servir un régime totalitaire( dictateur). On a le choix entre dire oui ou non. Si on accepte, alors on devient responsable de ses actes ( philosophie de Sartre). Pas la peine de se cacher derrière des petits prétextes ridicules pour se déculpabiliser. Il faut assumer. Autrement, on se retrouve au même niveau que les bourreaux du troisième reich qui disaient à Nuremberg: j ai juste obéi aux ordres......On a toujours le choix, même s il est difficile, même si on engage sa vie, on a le choix de ne pas accepter.

    11
    Mercredi 28 Janvier 2015 à 18:49

    Juliatje : vous avez tout-à-fait raison. Tous ces acteurs n'ont pas eu le cran d'assumer leurs actes ignobles. A Nuremberg, seul J. Streicher a dit haut et fort qu'il ne regrettait rien et qu'il ne reniait rien....... Il a été condamné à mort et exécuté bien entendu.

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter