• L’histoire de la Famille royale de Belgique est passionnante, non seulement parce qu’elle se confond avec l’Histoire de notre pays, mais aussi parce qu’elle est le reflet de la vie de toutes les familles avec ses secrets, ses actes héroïques, ses déchirures ou ses très belles histoires d’amour.
    Saviez-vous que :
    • Léopold Ier, homme de devoir, était doté d’un sens de l’humour ravageur, surtout quand il trouvait les Anglaises très laides ?
    • Dans sa folie, la princesse Charlotte, impératrice du Mexique, se prenait pour un homme ?
    • Notre dynastie ne compte pas moins de six enfants illégitimes ?
    • Le mariage d’Albert Ier avec la reine Elisabeth était un mariage arrangé ?
    • La princesse Lilian était titulaire de décorations scientifiques prestigieuses ?
    • Léopold III a écrit une lettre à Hitler pour le supplier de ne pas organiser la déportation des travailleurs obligatoires en Allemagne ?
    • La princesse Léa, veuve du prince Alexandre, est une femme engagée auprès des plus démunis ?


    3 commentaires
  • Agnés Soral

    La Reine des Quatre Royaumes est morte. Agnès Sorel, belle et innocente suivante de quatorze ans, attire l'attention de la cour en deuil grâce à son talent pour provoquer les confidences. Nantie de la confiance de la défunte reine Yolande, Agnès séduit tous ceux qu'elle rencontre, mais pas autant que le roi de France nouvellement couronné, Charles VII.
    Employée comme demoiselle de compagnie par la reine Marie d'Anjou, Agnès se retrouve installée à la cour, et malgré son honnêteté ne peut s'empêcher de tomber amoureuse du roi. Comme leur relation s'approfondit et que l'influence d'Agnès sur le roi grandit, elle est considérée avec suspicion par le tribunal. Tourmentée par la culpabilité mais incapable de repousser les avances du roi, Agnès est forcée de choisir entre son amour pour Charles et son estime d'elle-même.
    Dans ce roman extraordinaire, Son Altesse Royale la princesse Michael de Kent raconte l'histoire qui fait de l'empathie le pouvoir ultime.
     

    Biographie de l'auteur

    Son Altesse Royale la princesse Michael de Kent mène depuis 25 ans avec succès une carrière de conférencière historique.
    Elle est l'auteur de plusieurs ouvrages dont La Lune et le serpent : Diane de Poitiers et Catherine de Médicis, deux rivales dans le coeur du roi.
    Elle vit avec son mari, le prince Michael de Kent, cousin de la reine, au palais de Kensington à Londres.


    7 commentaires
  • 480 pages, ed. JC Lattes, 2015, 23,90 euros

    À l'âge de seize ans, Cixi fut retenue parmi les nombreuses compagnes de l'empereur comme concubine royale. À la mort de celui-ci en 1861, leur fils de cinq ans lui succéda sur le trône. Cixi organisa aussitôt avec la complicité de l'impératrice officielle qui elle n'avait pas d'héritier mâle, un coup d'état qui fit d'elle la véritable souveraine de la Chine.
    Sous sa férule, cet antique pays se dota d'à peu près tout ce qui caractérise un état moderne : des industries, des chemins de fer, l'électricité, le télégraphe, sans oublier une armée et une marine équipées à la pointe du progrès. Et ce fut elle qui abolit d'atroces châtiments tels que « la mort des mille coupures » et mit un terme au bandage des pieds.
    Elle dut faire face à des crises nationales décisives : la rébellion des Boxers, les guerres contre la France et le Japon, l'invasion de huit puissances alliées, dont la Grande-Bretagne, l'Allemagne, la Russie et les États-Unis.
    Jung Chang propulse le lecteur au coeur du splendide Palais d'Été et du harem de la cité interdite où Cixi vivait entourée d'eunuques. Elle évoque avec un art consommé du récit, qui a contribué au succès planétaire des Cygnes sauvages, un monde révolu avec un luxe de détails fascinants, dignes d une superproduction cinématographique.

    Née en Chine en 1952, J. Chang a vu ses parents emprisonnés sous Mao. Elle-même brièvement garde rouge puis exilée. Elle réussit, en 1978, à se rendre en Angleterre, où elle épouse l'historien Jon Halliday. Elle est l'auteur du best-seller mondial Les Cygnes sauvages (Plon) et de la biographie de Mao (Gallimard). Ses Oeuvres ont été traduites dans 40 langues et vendues à plus de 15 millions d'exemplaires hors de Chine, où elles sont interdites. Elle vit à Londres.


    5 commentaires
  • 2015, 234 pages, 20 euros

    En avant ! Vive l'Empereur ! Deux minutes plus tard, le choc a lieu. Trois rangs ennemis sont renversés. Nous frappons terriblement les autres ! la mêlée devient affreuse. Nos chevaux écrasent les cadavres et les cris des blessés s'élèvent de toutes parts. Je me trouve un moment comme perdu dans les fumées de la poudre". Waterloo : ce nom est synonyme de défaite. Pourtant, au même titre qu'Austerlitz, cette bataille contribue à la légende napoléonienne et en constitue même le point d'orgue. Les quatre jours d'épopée de la campagne de 1815 ont en effet l'aura sombre d'un grand désastre, à l'image de ces événements qui font sombrer les empires et changer d'époque. Des soldats français racontent ici ce qu'ils ont vu et les combats auxquels ils ont participé. Leurs témoignages nous font vivre l'histoire au coeur de l'action. Avec eux, nous sentons la victoire proche, puis nous la voyons peu à peu s'échapper. Leur sacrifice à Waterloo ne peut laisser indifférent.
     

     

    Pierre Robin, écrivain et journaliste, est l'auteur de 1814, la guerre racontée par les témoins. Pour la collection Epopée, il s'est attaché à traquer, à travers le halo de la légende, la réalité des hommes dans le tourbillon des événements.


    3 commentaires
  • Présidence luxembourgeoise du Conseil de l’UE: audience du COREPER II

    Le 18 septembre, le Grand-Duc a reçu en audience au Palais grand-ducal le Comité des Représentants permanents des pays membres, COREPER II, auprès de l'Union Européenne.  Le COREPER II, organisme de l'Union européenne, est composé des ambassadeurs, représentants permanents de chacun des États membres de l'UE, il est présidé par l'ambassadeur de l'État membre qui assure la présidence du Conseil.


    2 commentaires
  • Rois et princes en exil, une histoire transnationale du politique dans l'Europe du 19e siècle

    163 pages, Editions Riveneuve,  2015, 24 euros

    En prenant le chemin de l’exil, les princes bonapartistes comme les rois de la maison des Bourbons ou des Hohenzollern ont adopté l’Europe. Ainsi, malgré les ruptures, continue à se diffuser un modèle traditionnel de société et se perpétuent une mémoire et une culture politique. Emprunter la voie transnationale pour examiner les exils politiques des dirigeants déchus est bien l’esprit dans lequel s’enracine cet ouvrage issu d’une rencontre internationale réunissant les meilleurs spécialistes européens sur les cours princières et royales. Les recherches présentées témoignent de la capacité des souverains exilés à mobiliser des réseaux de fidélité grâce à leurs familles et leurs conseillers politiques. Enfin, elles inaugurent un chantier neuf dans l’historiographie de la politisation au XIXe siècle. Les cadres nationaux sont ainsi dépassés pour rejoindre une histoire européenne du politique qu’il convient de replacer dans une histoire qualifiée de « transnationale ». Si cette dernière a pu trouver un réel écho dans les champs du culturel et de l’économique, elle peut également présenter une valeur heuristique dans celui du politique.


    1 commentaire
  • 2015, 16,95 euros, 210 pages

    Vous rêvez d'être une Princesse ou un Chevalier ? Comte ou Baron ? Faute d'être né avec un titre, il va falloir s'en trouver un. Un chemin semé d'embûches car les arnaqueurs et les excentriques sont au coin de la rue ! Le juteux business de la vente de faux titres est passé au crible dans ce livre qui démonte le mécanisme permettant de profiter de la soif de gloire des plus faibles. Véritables gourous planqués dans des paradis fiscaux, les soi-disant négociants en noblesse s'empareront de vos économies contre un papier sans valeur et quelques viles flatteries ! Les apparences sont trompeuses dans cet univers où les signes extérieurs de grandeur sont détournés pour cacher les arnaques les plus sordides. Et pendant ce temps, de doux rêveurs ont créé leur propre noblesse rêvée, drôle et insolite, et parfois même utile. Des hôtels particuliers parisiens à la Chambre des Lords, d'un chateau-fort de Camargue au désert Australien, en passant par les rutilants palais de Bruxelles et des ruines médiévales Suisses, ce livre vous fera voyager dans le monde d'une noblesse " alternative " souvent scandaleuse, parfois intéressante, et toujours amusante.


    2 commentaires
  • Singulière noblesse : L'héritage nobiliaire dans la France contemporaine

    Fayard Histoire, Paris, 2015, 377 pages, 20 euros.

    La revendication aristocratique de distinction a-t-elle encore un sens aujourd’hui ? Fondée sur le principe d’une hérédité, prolongeant le souvenir d’un privilège et attachée à la permanence des usages, elle paraît en complet désaccord avec la culture dominante qui exalte la justice sociale et l’aspiration égalitaire.
    Depuis près de vingt-cinq ans, Éric Mension-Rigau, en historien, rassemble des sources, côtoie, observe, interroge les descendants des grandes familles aristocratiques afin de comprendre comment cette « caste », aujourd’hui sans statut officiel, tente de s’adapter aux évolutions sociales et politiques du monde qui l’entoure. Entre résistance et concession, les nobles français sont en charge d’un héritage qui dépasse leurs simples familles, dépositaires d’une histoire et d’une mémoire collective qu’ils se doivent d’entretenir.
    Entre l’essai sociologique et la recherche historique, Singulière noblesse invite à saisir une catégorie sociale dans sa spécificité, mais aussi dans le rapport que la société tout entière entretient à son égard, révélant, en creux, notre rapport au passé.

    Pour en savoir plus, cliquez ici.


    4 commentaires
  • 2015, 14 euros, 270 pages

    En ce début du XXIe siècle, la royauté semble être devenue une institution appartenant au passé. Les Etats monarchiques sont minoritaires en Europe depuis le cataclysme des deux guerres mondiales, et plus encore dans le reste du monde : pour une petite vingtaine de royaumes en Asie, trois en Afrique, un seul en Amérique... et encore le Canada relève-t-il de la monarchie britannique : aucun monarque américain. Une propagande omniprésente et continuelle enseigne la royauté comme étant systématiquement celle de Caligula, fût-ce à quelques mètres des frontières belge, hollandaise ou luxembourgeoise, au-delà desquelles on n'a pourtant jamais entendu dire que les sujets qui y vivent souffrent un cauchemar quotidien. Les grandes figures comme Louis XIV sont dévalorisées, déformées, parfois même par des caricatures présentées comme des portraits. Louis XVI est montré comme un imbécile dont la stupidité justifie le passage à la république, suivant un sens de l'histoire. Rechercher l'institution royale, même si elle a présidé à treize siècles d'existence de la France, est regardé sans examen comme un retour en arrière. En vérité, ni la royauté ni la république ne dépendent du temps qui passe, ce sont simplement deux idées très anciennes. Elles ont chacune leur doctrine. Ce livre expose celle de la royauté. Au lecteur, après cela, de s'en faire une idée personnelle.


    2 commentaires
  • 2014, 128 pages,  10,50 euros

    Mis à part le récit qu'en a fait Homère, on ne sait presque rien de la guerre de Troie, moment fondateur de notre civilisation… A-t-elle seulement eu lieu ?
    Stéphane Foucart répond à cette question en reconstituant, indice après indice, les événements à la manière d'un puzzle historique. Et perce le mystère des raisons de cette guerre mythique.
    Récit fascinant fondé sur les découvertes les plus récentes, La guerre de Troie a-t-elle eu lieu ? nous plonge dans un monde antique fait de complots, de massacres et de conquêtes finalement guère différent du nôtre.


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique