• Le sceptre et le sang : Rois et Reines dans la tourmente des deux guerres mondiales

    L'ouvrage raconte les deux guerres mondiales sous l'aspect essentiellement personnel, humain et familial des dynasties régnantes ; toutes parties prenantes et souvent victimes des événements dramatiques qui les ponctuèrent. Ces familles ont souvent de nombreux liens de parenté, ce qui leur pose des difficultés supplémentaires. La Guerre des rois et des reinessera un récit souvent dramatique, et toujours vivant, de ces années de conflits qui ont brisé l'Europe et provoqué la chute de nombreux dynastes (Romanov et Habsbourg en 1918 ; Roumanie, Yougoslavie, maison de Savoie après 1945). Au lendemain de chacune des guerres, que sont devenus les souverains ? Qui sont les survivants, ceux toujours en place, les exilés, les bannis et ceux qui ont abdiqué ? Cette double tragédie va balayer ou définitivement bouleverser l'ensemble monarchique européen et à travers lui la puissance du " vieux continent ". A travers une succession de chapitres chronologiques – chacun axé sur une seule famille –, des portraits des monarques, des zooms sur des moments-clés et des anecdotes méconnues, Jean des Cars nous conte "le crépuscule des rois" (Philippe Enlanger), comme cela n'a jamais encore été fait.


    6 commentaires
  • Edwina Mountbatten

    300 pages, 2015, ed. Bartillat, 20 euros

    C'est au fond de la Mer du Nord, enveloppéede brouillard et de mélancolie, lorsque son mari, lord Louis Mountbatten, dernier vice-roi des Indes, jeta son cercueil à la mer, que lady Edwina Mountbatten trouva enfin la paix et le silence qu'elle n'avait jamais cessé de chercher pendant cinquante-neuf années d'une vie tumultueuse. Edwina Ashley Mountbatten aura été un personnage hors du commun, de par sa personnalité, ses origines, son milieu, son mariage... et par cette manière extraordinaire de s'être façonné une vie à sa mesure. Filleule du roi d'Angleterre, petite-fille d'Ernest Cassel, l'homme le plus riche du monde, tour à tour jeune femme belle et égoïste, indépendante et généreuse, futile et dévouée, intelligente et courageuse, non conventionnelle et fière de son rang, elle entra dans l'histoireen devenant la dernière vice-reine des Indes et la maîtresse de Nehru l'artisan de l'indépendance, incarnant un véritable personnage de roman, un modèle unique et presque idéal.


    3 commentaires
  • Foudroyés par le destin

    Si, comme Mme de Staël l’a dit, « la gloire est le deuil éclatant du bonheur », Sissi, une impératrice, Grace, une altesse sérénissime et Diana, une princesse royale, l'éprouvèrent cruellement. Trois femmes, trois destins romanesques, trois morts tragiques…

    Du conte de fées à la tragédie, ces figures belles et rebelles, cœurs solitaires et âmes exaltées, ont inscrit à jamais leurs petites histoires dans la grande Histoire. Elles ont connu les affres de la solitude et le besoin impérieux d'être authentiquement aimées. Elles semblèrent comblées mais luttèrent âprement pour préserver leur liberté. Quelles femmes se cachèrent-elles derrière le masque officiel offert à la face du monde ? Et pourquoi la fatalité s'acharna-t-elle sur elles ?

    Lorsque, à seize ans, la rayonnante Élisabeth, duchesse en Bavière, croit tomber amoureuse à seize ans du jeune empereur François d'Autriche, tout paraît idyllique. Mais Sissi étouffe vite à Vienne sous l'implacable étau de l'étiquette de la cour. C'est par une fuite éperdue, faite d'incessants voyages et de galops effrénés, que la jeune femme, avide de liberté, s'échappe.

    François-Joseph se résigne à sa solitude. Bientôt les malheurs s'abattent sur elle et ne s'arrêtent plus. La main d'un anarchiste qui la poignarde le 10 septembre 1898 met un terme à son parcours mélancolique.

    Avec un visage de jeune fille sage mais un tempérament passionné, Grace Kelly conquiert le cœur d’Hollywood avant de faire battre celui du prince Rainier de Monaco qui l’oblige à interrompre sa carrière au cinéma. Bien des fêlures se cachent peu à peu sous le visage trop lisse d'une altesse sérénissime tenue d'incarner chaque jour la perfection et la beauté. Ses heures les plus heureuses, elle les passe avec ses enfants. Mais un accident de voiture fatal, le 13 septembre 1982, fracasse son bonheur fragile.

    Malgré un mariage à grand spectacle avec le prince Charles, la courte existence de la princesse Diana est en réalité ponctuée d'épreuves douloureuses : séparation de ses parents, éloignement d'une mère indifférente, union malheureuse qui tourne parfois au cauchemar, bras-de-fer avec les diktats de Buckingham Palace. Cette jeune femme à la personnalité complexe connaît une mort brutale à l'été 1997 au moment où elle reprend goût à la vie.

     


    19 commentaires
  • Nouvelles versions

    Les versions espagnole et italienne du livre de conseils du prince Lubomorski viennent de paraître.

    Nouvelles versions


    8 commentaires
  • La saga des grandes dynasties

    34,50 euros,  1118 pages, éditions Perrin

    Jean des Cars est l’historien des grandes dynasties d’Europe et de leurs plus illustres représentants. La Russie ne cesse de retrouver son passé impérial. Sans haine ni a prirori, le temps des tsars sort de l'oubli organisé, pour être reconsidéré après les mensonges et la désinformation imposés par la Révolution puis la guerre civile et la dictature. De Pierre le Grand à Nicolas II, la Russie d'aujourd'hui redécouvre les souverains de l'ancienne Russie, ceux qui ont bâti le plus vaste pays du monde. De l'élection du comte Rodolphe de Habsbourg comme empereur du Saint Empire romain germanique en 1273, à la rénonciation de Charles Ier à la couronne impériale d'Autriche en 1918, Jean des Cars raconte l'histoire des Habsbourg qui, pendant plus de six siècles, ont dominé une grande partie de l'Europe. Une dynastie synonyme de rayonnement artistique, de grandeur politique et d'identité européenne. De l'Angleterre encore imprégnée du prestige de la légendaire reine Victoria au long règne d'Elizabeth II, l'extraordinaire saga d'une lignée de monarques, de reines, de princes et de princesses dont les destins sont de véritables romans. Dans leurs joies comme dans leurs malheurs, ils continuent de fasciner par un unique mélange de traditions et d'audaces. Windsor ? Une passionnante synthèse britannique.

    La saga des grandes dynasties



    2 commentaires
  • Notas a un joven principe

    ¡Ahora en español! “NOTAS a un joven príncipe” es una guía para mis hijos en el proceso de alcanzar la mayoría de edad. TODAS LAS GANANCIAS DERIVADAS DE ESTE LIBRO SE DONARAN A CONCERN WORLDWIDE. Ya está disponible la versión electrónica y en papel en Amazon. Por favor, cómprenlo y contribuyan a recaudar fondos para una buena causa.

    Charlotte (Carlotta)

    Notas a un joven principe

    Todas las ganancias derivadas de este libro se donarán a Concern Worldwide (http://www.concernworldwide.org/). ¿Cómo debe comportarse un príncipe en el mundo de hoy? ¿Qué elementos de ese título pueden adaptarse para su uso en nuestro entorno moderno? NOTAS A UN JOVEN PRÍNCIPE es una sentida carta —compuesta de una nota por página— del SAS príncipe Alexi Lubomirski a sus hijos. Abarca distintos temas, desde el romance hasta la espiritualidad, de los modales a la caballerosidad, el amor, el equilibrio y el liderato; mezclando un poco del encanto del Viejo Mundo con la espiritualidad actual. “Sé CABALLEROSO en todo momento. Ponte de pie cuando te presenten a una mujer. Ábrele las puertas, ayúdale a cargar sus pertenencias y protégela de cualquier daño. ”Sé ROMÁNTICO. Piensa en diferentes formas de expresar amor a tus seres queridos cada día. El amor necesita estímulo, alimento y celebración. ¡Hazlo todos los días! ”ESCUCHA cuando alguien te pide un consejo. Pregúntales cómo se sienten. Lo que necesitan a menudo es que alguien les escuche para ayudarse a sí mismos. ”No necesitas dinero, palacios, tierras o tesoros para definirte como un príncipe. Sé un príncipe de corazón y siempre serás RICO”. Abra una página y lea una nota cada día.
     

     

    Biografía del autor

    SAS PRÍNCIPE ALEXI LUBOMIRSKI es hijo de una madre peruana-inglesa y un padre polaco-francés. Creció entre Botsuana, Oxford y Londres. A los once años le informaron sobre su verdadera herencia ancestral y estirpe aristocrática. No se crió en un ambiente aristocrático, con toda su pompa y boato, y fue el primero en su familia en 500 años en ostentar el título nobiliario sin el acervo material. Gracias a la riqueza de las experiencias de su crianza en distintas ciudades, y tras mucho ensayo y error, tuvo éxito en unir gradualmente su historia con su presente. Logró desempeñar su papel como portador del título nobiliario (SU ALTEZA SERENÍSIMA) y, simultáneamente, adaptar el significado a su mundo moderno. Ahora, con dos hijos propios, vive una vida moderna en Nueva York, una ciudad en el Nuevo Mundo. Su deber es transmitirle el título a sus hijos, y simultáneamente adaptarlo para que evolucione con los tiempos y evitar que se torne en algo irrelevante y, por tanto, extinto. En vez de enfocarse en el pasado y en lo que su familia tuvo una vez, educa a sus hijos para seguir adelante con una conciencia más espiritual y a enfocarse en lo que cada uno entiende que es la esencia de su legado. La palabra príncipe se utiliza en este libro, por un lado, por el título de la familia y, por el otro, porque representa el ideal al que todos los hombres debemos aspirar. Además de ser principalmente esposo y padre, Alexi Lubomirski es un fotógrafo de modas de renombre mundial.


    5 commentaires
  • Le prince qu'on ne connaît pas (Merci Marie)

    Le prince polonais Alexi Lubomirski vient de publier ce livre en anglais "Notes for a young prince" (conseils pour un jeune prince). Tous les bénéfices vont à l'association contre la pauvreté concern. Certes, ce livre est en anglais mais c'est vraiment un anglais hyper simple. Le prince a écrit ce petit livre pour ses deux enfants. Ces conseils simples et plein de bon sens nous rappellent que la gentillesse n'est pas surfaite et qu'elle embellit le monde. :)

    Il coûte 11 euros et vous pouvez l'acheter ici  si vous êtes en Europe

    hier, für Deutschland

    Ici, pour la Suisse (chez Payot, CHF 16,90)

    Je vous encourage à l'acheter et à faire le buzz autour de lui pour qu'il soit traduit en français. Si vous connaissez des journalistes, des éditeurs etc... n'hésitez pas! :). Il va être traduit en espagnol.

    Un cadeau parfait pour vous, vos enfants, vos petits enfants.

    Nous avons entre 6000 et 7000 visiteurs chaque jour, alors faisons le buzz!

    Charlotte

    Le prince qu'on ne connaît pas (Merci Marie)

    Le prince et son livre

    PROCEEDS FROM THIS BOOK GO TO THE CHARITY, CONCERN WORLDWIDE.  http://www.concernusa.org/ How does one behave like a PRINCE in today’s world? What elements of this title can be adapted for use in our modern day setting? NOTES for a YOUNG PRINCE is a heartfelt one note per page letter from HSH Prince Alexi Lubomirski to his sons, touching on different subjects ranging from romance to spirituality, manners to chivalry, love, balance, and leadership, mixing a touch of old world charm with modern day spirituality. “Be CHIVALROUS at all times. Stand up when introduced to women. open doors for them, help carry their belongings, and protect them from harm.” “Be ROMANTIC. Think of different ways each day to express your love to your loved ones. Love needs to be encouraged, fed, and celebrated. Do it it every day!” “When someone comes to you for advice, LISTEN. Ask them how they feel about the subject. often people have it in them to solve their own problems, they just need a sounding board to help themselves.” “You do not need money, palaces, land or treasures to define you as a prince. Be a prince in your own heart and you will always be RICH.” Open a page and take a note for the day!

    HSH Prince Alexi Lubomirski was born to a Peruvian/ English mother and a Polish/French father. He grew up between Botswana, Oxford, and London. At the age of eleven, he was informed of his true ancestral heritage and aristocratic bloodline. Having not grown up in royal surroundings with all the trappings, he was the first of his family in 500 years to have the title with none of the material evidence. Thanks to this displaced upbringing, and after much trial and error, he gradually succeeded in marrying his history with his present, managing to fulfill his role as the bearer of this title; and at the same time adapt the meaning in his modern day world. Now, with two sons of his own, he lives a modern day life in new York, a city in the “new World.” His duty being to pass down this title to his sons; and, at the same time, to adapt it so that it evolves with the times rather than become irrelevant and therefore extinct. Rather than focus on the past and what his family once had, he teaches his sons to forge ahead in a more spiritually aware manner and focus on what each of them believes the essence of their heritage means. In his book, the word “prince” is used on one hand because of the family’s title, and on the other because the word illustrates the “ideal” of a man that we should all strive to be.

    you can buy it, there

     

    Le prince qu'on ne connaît pas (Merci Marie)

    le pouvoir de la politesse: Merci, SVP...

     

     


    50 commentaires
  • A la table des princes

    Entrez dans les coulisses du Palais de Monaco et prenez place à la table des princes. Vous traverserez l'histoire gourmande du Rocher, vous découvrirez les recettes de repas officiels guidés par Christian Garcia, le chef des cuisines, vous déambulerez dans les salles à manger et partagerez les saveurs princières ainsi que les recettes privées. Voici un livre historique, familial, gourmand et... totalement inédit. Dans un cadre époustouflant de beauté, la gourmandise de la famille princière est dévoilée, mais c'est surtout l'empathie des princes et princesses qui font le charme de ce livre. Vous partagerez aussi un petit coin de jardin très secret et découvrirez des produits régionaux d'une grande qualité. Pour la première fois, le Prince Albert II autorise que l'on pénètre dans la sphère privée de la famille Grimaldi. La rencontre de Véronique André avec le Souverain et la Princesse Charlène permet de faire planer sur cet ouvrage l'âme du Palais qui fait rêver le monde entier. 24,90 euros


    3 commentaires
  • "Si la fin prématurée d'une vie si pure a laissé des regrets parmi les français, ils trouveront en lui un modèle d'ardent patriotisme et un sujet d'émulation dans l'accomplissement de leurs devoirs" (Impératrice Eugénie - 20/08/1912)

    J’ai grand plaisir à vous informer de la parution  de cet ouvrage portant sur l’étude de la correspondance du Prince Impérial (1856-1879). Ce livre est l’aboutissement de plusieurs années de travaux et de recherches. Il réunit près de 70 missives, choisies pour leur pertinence et leur capacité à illustrer intimement le portrait héroïque du jeune Napoléon IV. Ce recueil – qui se veut être la 1ère pierre d’un projet plus ambitieux (l’édition exhaustive de la correspondance du Prince) – porte à la connaissance du lecteur des éléments chronologiques, des notes contextuelles précisant le contenu des lettres, un grand nombre d’illustrations, des notices biographiques, des annexes … Plus de 200 pages consacrées à un personnage hors norme, à la destinée tragique, aujourd’hui figure oubliée de nos concitoyens.

    Cet essai a été publié par la maison d'édition "Mémoire et documents" (éditeur : G. CRASSARD), dont vous trouverez ci-après le lien internet : http://www.memodoc.fr/.

    Par correspondance: http://www.memodoc.fr/nouveautes.html

     

    Chez votre libraire

    • ISBN-10: 1090361548
    • ISBN-13: 979-1090361546

     

    Je vous signale également le site consacré à ce prince méconnu et oublié: http://www.prince-imperial.com/

     

    La correspondance amicale, familiale et politique du fils de Napoléon III !! « Prince mort en soldat à cause de la France, Âme certes élue, Fier jeune homme si pur tombé plein d'espérance, Je t'aime et te salue ! » (Sagesse I – XIII) C’est par ses mots que Paul Verlaine rend hommage à la mémoire du Prince Impérial, Napoléon IV. Tout au long de sa courte vie, le Prince va entretenir des relations épistolaires, intimes ou politiques, avec de multiples correspondants. Ces lettres, pour certaines inédites, dévoilent, enfin, la véritable dimension du seul Bonaparte qui fut élevé pour régner et qui mourut en soldat. Expert Juridique auprès des Administrations Publiques, spécialiste du contentieux, Eric Pradelles est aussi un passionné de la Maison Impériale et un amateur d’autographes éclairé. Il nous livre ici le fruit de ses recherches sur un personnage hors norme, au destin tragique, le Prince Impérial, Napoléon IV.


    10 commentaires
  • 18 euros, 272 pages

    Ce livre sort aujourd'hui

    De toute éternité, le sang a coulé sur les couronnes. Le pouvoir appelle les intrigues, les complots et les assassinats. Après avoir échappé à plus de vingt attentats, Henri IV se croyait invincible : " Celui qui mettra fin à mes jours n'est pas encore né ", répétait-il à la supersticieuse Marie de Médicis, tandis que Ravaillac aiguisait son poignard. Les rois sont une cible évidente, ils sont aussi d'habiles criminels, maniant comme personne l'épée ou le poison. Christine de Suède fit subir la pire des agonies à son favori Rinaldo Monaldeschi, l'impératrice chinoise Wu Zetian en vint même jusqu'à étouffer sa propre fille dans son berceau pour conquérir le pouvoir. Parfois, la folie se mêle à la politique, c'est ainsi que la famille royale du Népal disparut dans un bain de sang le 1er juin 2001, sans qu'on sache jamais les raisons de ce massacre.

    Par amour, haine, folie, vengeance ou stratégie, les princes et les rois sont assassinés. Leur histoire est jalonnée de pactes sanglants, de trahison, de complots en vue de protéger ou de s'approprier leur pouvoir. Peur, rancune, aliénation, sentiments exacerbés, luttes d'influence, les souverains et leurs proches peuvent utiliser les plus basses exactions pour parvenir à leurs fins. Lorsqu'ils ne sont pas les instigateurs des pires horreurs, ils sont les cibles du destin et de la folie des hommes.
    Un amour trop violent, une peur incontrôlable, une folie déclarée peuvent aussi transformer ces hommes et ces femmes dépositaires d'une lignée historique en criminels. Les journalistes de Point de Vue, spécialistes des têtes couronnées nous content les destins sanglants des grands de ce monde : D'Agrippine, la mère de Néron assassinée par les gardes de son propre fils à la famille royale du Népal en 2001, assassinée toute entière par le prince héritier, les empereurs, les monarques et les ducs baignent dans le sang et la violence.
    L'Empereur romain Héliogabale étouffait ses victimes avec des fleurs, l'empereur aztèque Moctezuma sacrifiait des enfants, tandis que le célèbre roi de Valachie Vlad Dracul empalait ses rivaux. Plus tard, les Médicis, les Borgias feront disparaître des membres de leurs propres familles, les massacres de la Saint-Barthélemy et ceux de Gilles de Rais anobliront l'horreur comme instrument de pouvoir.
    Avec les prémices du XXe siècle vient le temps des doutes sur la mort de Napoléon et le drame de Mayerling, sans oublier la folie de Louis II de Bavière et la disparition de Raspoutine. Le XXe siècle sera celui des fanatiques sous les coups desquels périront l'archiduc François-Ferdinand, le comte Bernadotte et Louis Mountbatten. Voici trente-cinq histoires de meurtres qui ont façonné l'Histoire et changé les hommes.

    Qu'ils soient le fruit de longues préméditations ou du plus capricieux des hasards, faux suicides, actes de barbarie, crimes passionnels, Jérôme Carron et Fanny del Volta tiennent, d'une plume enlevée, la chronique judiciaire de 25 affaires passionnantes, dont certaines demeurent un mystère. Jérôme Carron est journaliste depuis plus de quinze ans pour le magazine Point de Vue, il est l'auteur de Elisabeth II, Reine du siècle aux éditions Express Roularta. 
    Fanny Del Volta est journaliste pour le magazine Point de Vue, elle a participé à l'ouvrage collectif Secrets historiques et grandes énigmes, aux éditions Express Roularta.

     Voici le résumé et la critique de notre amie Bicounette: (1000 mercis Bicounette!)

    Antiquité
    1 – Néron
    Octobre 64, Néron devient empereur de Rome après les assassinats de ces prédécesseurs.
    Arrivé au pouvoir grâce aux manigances de sa propre mère, il n'aura de cesse de se protéger de tout et de tous pour rester « imperator ».
    Ainsi, se croyant artiste, il se mettra constamment en scène, il orchestrera de manière « artistique » les meurtres de ses nombreux opposants.
    Mais jusqu'où ira cette folie « artistique », cette folie paranoïaque, cette folie de la luxure, cette folie tout simplement ?

    2 – Héliogabale
    A Émèse, dans l'actuelle Syrie, on vénère Héliogabale le dieu solaire. Cette ville est liée à l'empire romain. Le gouverneur romain Septime Sévère, en 193, fait assassiner l'empereur et épouse la fille du grand-prêtre d'Émèse, Deux fils et une fille naîtrons de cette union.
    A sa mort, un de ces fils assassine l'autre puis se fait lui-même poignarder.
    Subsiste désormais la fille aînée du grand-prêtre, ses filles et ses petits-fils.
    C'est Bassianus ou Héliogabale, l'un d'eux qu'elle propulsera sur le trône impérial. Fantasque, caractériel, débauché, il laisse sa grand-mère et sa mère gérer l'empire.
    Désormais, il suscite la crainte, surtout dans la sphère politique. Il adoptera son cousin pour lui succéder. Mais cette succession se fera-t-elle sereinement ?

    3 – Attila
    Issu d'une famille de notables Huns, il accède en 434 au trône avec son frère aîné Bleda.
    Les deux frères, de caractère et d'aspiration différents régneront ensembles pendant dix ans.
    Mais Attila fera assassiner son frère pour assouvir sa soif de conquêtes.
    Fin stratège militaire et ambitieux, il fera régner la peur et la terreur pour agrandir son territoire. Il ira jusqu'en Gaule puis reviendra chez lui pour se marier (non sans verser le sang). Mais est-ce là une fin heureuse ?

    Moyen-âge
    4 – Wu Zetian
    En Chine, en 636, Meiniang, à peine 10 ans, entre au service du fils de l'empereur, Li Zhi qui a le même âge qu'elle. Il en tombe amoureux mais elle doit bientôt partager la couche de l'empereur. Lorsque celui-ci meurt, elle doit se retirer à 25 ans dans un couvent.
    Le prince devenu empereur et son épouse rendent visite aux anciennes concubines au couvent : l'impératrice remarque Meiniang. Elle la ramène avec elle pour séduire l'empereur.
    Meiniang manœuvre tant et si bien qu'elle devient la concubine favorite et donne une fille à l'empereur. Mais jusqu'où ira cette mégalomane pour monter sur le trône ?

    5 – Brunehilde
    De sang royal, elle devient reine wisigothe en épousant Sigebert Ier avec faste, ce qui ne manque pas d'éveiller les jalousies.
    Sa propre sœur épousa le demi-frère de Sigebert sous certaines conditions. Seulement, il ne les respecte pas et Sigebert entre en guerre contre son demi-frère sous prétexte de venger l'épousée. Commence alors des complots, alliances, assassinats, guerres fratricides... dont Brunehilde devra répondre lors d'un procès intenté par son neveu Clotaire.

    6 – Hong Wu Ming
    Yuan Zhang futur empereur Hong Wu, fondateur de la dynastie Ming, vécu dans une province pauvre de Chine. Pour survivre à la misère et à la pauvreté qui dissémina son village et sa famille, il finira par se faire moine et mendier en errant. Il s'engagea chez les Turbans rouges, puis gagnera ses galons et renversera l'empereur mongol Shundi pour s'asseoir sur son trône à 40 ans. Mais garder ce trône a un prix …

    7 – Édouard II d'Angleterre
    Lors de son couronnement en 1307, Édouard II attire les craintes des nobles : il semble être totalement sous l'influence de son ami de jeunesse Gaveston.
    Il se marie néanmoins avec Isabelle, fille du roi de France. Rapidement la reine et les nobles se lassent et s'inquiètent de l'omniprésence de ce favori...
    Il est donc exilé, mais vite rappelé par Édouard. Les nobles assassinent Gaveston, mais un nouveau favori arrive et manipule le roi. La reine Isabelle va fomenter un nouveau complot pour écarter cet intrus. Comment va-t-elle y parvenir ?

    Temps modernes
    8 – César Borgia
    Voici une plongée dans les affres de la célèbre famille Borgia «religieux de père en fils »
    Rodrigo, devenu le pape Alexandre VI, a quatre enfants. Les pires rumeurs courent au sujet de leurs mœurs. Luxe, luxure, débauche, orgies, alliances, négociations, complots, intrigues et quelques assassinats plus tard, un des fils d'Alexandre VI prénommé César prendra le pouvoir. Il est le frère amoureux de la belle Lucrèce... un amour au parfum de folie.

    9 – Moctezuma
    Il devient le dernier empereur aztèque en 1502. Il a 34 ans, il est souverain et dieu, il semble bienveillant et courageux. Mais une fois sur le trône, Moctezuma voudra satisfaire les dieux pour retarder la disparition de sa civilisation : l'arrivée de ceux que nous appellerons les colons. Pour cela il lui faut du sang, beaucoup de sang ... humain.
    Les prédictions et présages effraient de plus en plus l'empereur. Il perd de son aura après de ses sujets. Hernan Cortés arrive, suivi de Diego Vélazquez, ils précipitent la chute de Moctezuma.

    10 – Henri IV
    Le « Vert Galant » est un habitué des tentatives d'assassinats. Ce qui n'est pas sans inquiéter son épouse Marie de Médicis. Henri IV guerroie, s'occupe de ses enfants, de ses maîtresses et des affaires du royaume, mais il devient impopulaire.
    Pour gérer la couronne, il lui faut aller voir son ami et ministre Sully. Mais ce n'est pas son ministre qu'il rencontrera...

    11 – Erzébeth Barthory
    Née à Nyírbátor en Hongrie en en 1560, elle épouse le comte Nadasdy à 15 ans et part vivre dans les Carpates. Veuve en 1604, elle laisse se révéler un caractère dominant et capricieux. Pour répondre à ses exigences, elle a une servante et un valet qui n'auront de cesse de la conforter dans ses désirs. Déjà la rumeur s'emplit au fur et à mesure des macabres découvertes faites par les paysans. Erzébeth, mère affectueuse, femme cultivée sachant lire et écrire six langues, devient la « comtesse sanglante ». Qu'aurait-elle fait pour mériter cette réputation ?

    12 – Concino Concini
    Arrivé dans les « bagages » de Marie de Médicis en 1600 lorsqu'elle épousa Henri IV, Concini gagna les faveurs de la reine en épousant sa dame de confiance Léonora Dori.
    Ce couple devient si avide de richesse et de reconnaissance que le roi Henri les voit d'un autre œil : leur réussite est trop voyante.
    La mort du roi va permettre à Concini de devenir le favori de la Régente  Marie : plus rien alors ne semble pouvoir arrêter sa soif de pouvoir...

    13 – Christine de Suède
    Devenue reine à 6 ans en 1632, Christine a toujours eu un caractère fantasque et libre. Reine instruite à la tête d'un royaume en plein essor économique, elle crée la stupéfaction en abdiquant en 1654. Christine quitte alors la Suède, prend plusieurs amants et finira par s'attacher à l'un d'eux : le marquis Gian Rinaldo Monadeschi. Combien de temps durera cette passion ?

    XIXe siècle
    14 – Le duc de Berry
    1820, à Paris le duc de Berry se souvient de son retour triomphal en France après l'abdication de Napoléon.
    Son épouse Marie-Caroline des Deux-Siciles est enceinte de leur deuxième enfant. Il aime sa femme, les Bourbons sont en grâce auprès du peuple français, tout semble si parfait … ou presque ...

    15 – Charles de Choiseul-Praslin
    De l'union du duc de Choiseul-Praslin et de Françoise (dite Fanny) Sebastiani della Porta, en 1824, naîtront dix enfants.  Ces naissances rapprochées affecteront le physique et le psychique de la duchesse. Le mariage battra rapidement de l'aile, les gouvernantes des enfants deviendront les maîtresses de monsieur ; madame en devient malade de jalousie :  « Sans habileté, poursuivant son mari de ses désirs, lui écrivant vingt lettres par jour, le harassant de reproches et de souvenirs, violente et jalouse, elle représente un type assez rare, celui de la nymphomane vertueuse » selon un de ses fils .
    Fanny de Choiseul-Praslin veut en finir de ce mariage et demande le divorce...

    16 – Louis II de Bavière
    Louis est un être sensible, poète et fantasque. Son alter-ego artistique est Wagner. Ils semblent vivre dans un conte de fées. Louis met sa vie en scène, la liberté est sa grande quête, il fuit la réalité.
    Le roi de Bavière construira de fabuleux châteaux, assouvira sa passion pour le spectacle et videra les caisses du royaume. Tout cela inquiète fortement ses ministres. Pour les médecins le verdict est clair : le roi est fou !
    Cette aliénation mentale le contraint à être interné et suivit par les médecins. Comment réagira-t-il aux traitements ?

    17 – Min de Corée
    C'est à l'âge de 17 ans, en 1866, que Min épouse à Séoul Kojong, fils du roi de Corée. Pour tromper l'ennui de sa nouvelle vie, elle s'instruit et gravite autour d'elle de nombreux intellectuels. Cela ne plaît pas au roi qui n'accepte pas la place que prend cette femme en politique.
    Min donnera naissance à un premier fils qui ne survivra pas. Après maintes manœuvres et un attentat auquel le couple royal survit, elle accède enfin au trône avec son époux qui se défait de la régence. En 1894, le Japon entre en guerre contre la Chine, principal allié de Kojong. L'avenir du couple royal va se jouer à partir de cette date.

    18 – Rodolphe d'Autriche-Hongrie
    Rodolphe a sûrement hérité du caractère dépressif de sa mère la fameuse Sissi, épouse de l'empereur d'Autriche, François-Joseph. Ce sentiment de solitude le rend capricieux et le pousse dans les bras de nombreuses maîtresses. Sa mère est si fuyante et lui ne supportant pas d'être seul, Rodolphe épouse Stéphanie de Belgique. Une certaine harmonie s'installe entre eux jusqu'à la naissance de leur fille Élisabeth en 1883.
    Mais la maladie physique arrive et change le moral de Rodolphe. Le traitement est dur et il se perd dans des paradis artificiels et dans les bras de ses maîtresses... Il s'y perdra vraiment...

    19 – Humbert Ier d'Italie
    Ayant échappé à deux tentatives d'assassinats, le roi Humbert continue à apparaître en public afin de conserver son aura auprès de son peuple. Malgré cela l'Italie va mal, tant au point de vue politique qu'économique.
    Gaetano Bresci a quitté son Italie natale pour trouver une vie meilleure en Amérique. Grâce à ses compatriotes, immigrés eux aussi, il suit la dramatique évolution de son pays ainsi que les maladresses politique du roi.
    Gaetano quitte son épouse  et sa petite ville le temps d'un pèlerinage en Italie. Il veut se recueillir sur la tombe de sa mère et « régler » une autre affaire...

    XXe siècle
    20 – François-Ferdinand d'Autriche
    Deux hommes que tout sépare. Le premier devient l'héritier du trône d'Autriche-Hongrie suite aux affres du destin ; le second fuit par tous les moyens sa pauvreté. Ni l'un ni l'autre n'avait choisit la vie qu'ils ont. L'archiduc François-Ferdinand fait son devoir d'héritier plutôt contraint ; Gavrilo Princip, lui, suit avec conviction ses idées anarchiques. Leur rencontre sera  lourde de conséquences...

    21 – Raspoutine
    Grigori Raspoutine est un religieux russe né en Sibérie vers 1869. Il se sent investi de quelques missions divines et prétend avoir des dons de guérisseur. Il possède surtout un magnétisme particulièrement fort grâce auquel il deviendra la coqueluche des dames de la haute société. Il sera présenté au tsar Nicolas II et à sa femme Alexandra en 1905. Raspoutine leur devient très vite indispensable car il soulage le jeune tsarévitch Alexis atteint d'hémophilie.
    Fort de la confiance que lui accorde le couple impérial et de l'influence qu'il a sur lui, le moine s'impose de plus en plus à la Cour. La débauche semble être son nouveau mode de vie, mode de vie que la noblesse russe ne semble pas apprécier...

    22 – Nicolas II de Russie
    Son règne commence sous un mauvais augure en 1896. Des centaines de moscovites mourront lors de la fête de son couronnement. De plus son épouse Alexandra de Hesse n'est pas appréciée par les Russes. Après la naissance de quatre ravissantes filles, le fils tant attendu naît … mais hémophile. Le tsar de toutes les Russies, est lui-même perçu comme un homme sans courage par son peuple. L'omniprésence de Raspoutine, le moine fou, auprès du couple impérial n'arrange pas les choses. La première guerre mondiale éclate, puis la révolution russe de 1917...

    23 – Haïlé Sélassié Ier
    Devenu le roi des rois d’Éthiopie à l'âge de 38 ans, Haïlé Sélassié fut élevé à l'occidentale.  Il est un souverain éclairé, qui ouvre son pays à la modernité. Bien qu'il ait réussi à se faire une place sur la scène internationale, la seconde guerre mondiale va freiner l'avancée du royaume. En 1955, le négus fête ses 25 ans de règne et estime qu'il a fait sa part pour la modernisation du pays ; il se focalise donc sur la tradition. Mais avec le temps, le peuple gronde, la famine de 1972 creuse un fossé entre le roi et son peuple...

    24 – Lord Mountbatten
    Louis Mountbatten et son épouse Edwina forment un couple magnifique et adulé. Son ascendance royale anglaise à lui et sa richesse américaine à elle, y sont pour beaucoup. Mais pas seulement. Louis est un excellent diplomate, un militaire hors pair et un héros de la guerre...
    A contre-cœur, il accepte la charge de vice-roi des Indes en 1947 et doit préparer l'indépendance de l'Inde. Puis l'heure de retraite a sonné … ce qui ne signifie pas que la tranquillité arrive...

    25 – Prince Dipendra du Népal
    Le 1er juin 2001, la famille royale népalaise vit un épisode tragique de son histoire
    Les dîners du vendredi sont une tradition dans la famille, histoire de souder les membres entre-eux. Le roi, la reine, leurs enfants mais aussi les oncles, tantes, neveux et la reine-mère...
    Le prince Dipendra est le fils du roi. Il est donc, comme à l'habitude, présent ce soir-là. Mais est-il toujours le fils respectueux et obéissant avec ses parents ?

    AVIS
    « Crimes et gotha, du sang sur les couronnes ».
    Écrit à quatre mains par Jérôme Carron et Fanny Del Volta, cet ouvrage se compose de chapitres par périodes historiques dans lesquels sont développés 25 « affaires ». Ces affaires de meurtres, assassinats, traîtrises … y sont relatés sous forme de récits de 3 à 5 pages.
    La lecture se fait de manière fluide, l'écriture étant simple et directe. Les auteurs nous mettent dans le contexte pour rapidement nous mener à l'épilogue.
    Cet ouvrage, qui séduira les amateurs d'histoires, d'enquêtes et d'intrigues, peut se lire rapidement ou par chapitres tant ils sont courts et non liés entre-eux.
    Peut-être que « Crimes et gotha » permettra aux lecteurs de pousser leur curiosité en « creusant » certaines affaires !


    19 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique