• votre commentaire

  • votre commentaire
  • GB


    2 commentaires
  • Au revoir


    1 commentaire
  • Il semble que ce pauvre Harry ait épousé une femme instable psychologiquement qui fuit dés que   la situation ne lui convient plus.. sa vie est pleine d'épisodes de ce genre.

    d'où la nécessité d'attendre avant de se précipiter dans la mariage.


    19 commentaires
  • Adorable Kate


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Fille de roi, soeur de roi devenue impératrice d'Iran, à la légendaire beauté - " C'était un Boticelli réincarné avec une touche de Vénus asiatique ", dira d'elle le photographe Cecil Beaton -, la princesse Fawzia d'Egypte est pratiquement oubliée. Seul son mariage en 1939 avec le prince héritier d'Iran, l'événement mondain le plus important de l'avant-Seconde Guerre mondiale, lui assure une postérité. Après son divorce en 1948, elle quitte progressivement les unes des journaux pour passer, la chute de la monarchie égyptienne en 1952 aidant, de la lumière au clair-obscur. Sa beauté hollywoodienne fera dire à la princesse Soraya, devenue à son tour impératrice d'Iran : " Dommage qu'elle n'ait pas épousée Clark Gable d'Autant en emporte le vent ! "

    La princesse Fawzia d'Egypte

    La princesse Fawzia d'Egypte


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Chagrin


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • L'histoire politique de la France d'Ancien Régime doit beaucoup plus qu'on le dit aux femmes de pouvoir et en particulier aux reines. L'observation de leur place et de leur rayonnement par l'intermédiaire de leur corps – son apparence, naturellement, mais aussi les maladies dont il est atteint, les pratiques quotidiennes imposées et les images qui en sont données – atteste que la fonction ne se limitait pas à l'enfantement mais devenait bel et bien partie prenante du " grand récit ", mythique et politique, de la royauté. La symbolique plurielle de ce corps féminin, à la fois fécond, pacifique et gracieux, constituait le pendant essentiel à l'autorité virile, martiale et chevaleresque du roi. Cette complémentarité, avec ses crises, ses évolutions et ses surprises, se déploie, du Moyen Âge au xixe siècle, dans une dimension à la fois politique, artistique et culturelle. À partir d'archives et d'images souvent méconnues ou inédites, Stanis Perez nous invite à redécouvrir cette histoire sensible et stratégique d'un pouvoir féminin trop longtemps occulté.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique