• votre commentaire
  • MA


    votre commentaire
  • Royales passions

    L’intimité des rois et des reines nous fascine, mais les historiens parlent surtout de leur vie amoureuse, sur laquelle les ragots colportés de génération en génération l’emportent souvent sur les preuves, mais rien ou presque, en général, sur leur vie intellectuelle, sur leurs lectures, sur leurs goûts personnels, sur leurs distractions, leurs manies, leurs habitudes. Ce sont pourtant ces passions-là qui nous en disent le plus sur eux et qui nous donnent le plus de clefs pour les comprendre. Pour peu que l’on se donne la peine de la trouver, la documentation disponible sur ce sujet est d’ailleurs abondante et fiable.
    Si tout le monde a entendu parler de la marotte de Louis XVI pour la serrurerie, qui sait que Louis XIII a été un compositeur de musique et un graphiste hors de pair, que Pierre le Grand aimait à « collectionner » les êtres difformes et les monstres (il les recherchait dans toute l’Europe), que l’impératrice Joséphine avait une connaissance érudite de la botanique et de la zoologie de ses Antilles natales, que Napoléon III a été un historien et archéologue de valeur, que Victoria d’Angleterre a rassemblé autour d’elle des dizaines d’animaux familiers et qu’elle n’hésitait pas à leur faire ériger de magnifiques monuments funéraires lorsqu’ils mouraient ? Etc, etc.
    Cette très originale investigation, menée et racontée par une jeune historienne qui porte un oeil absolument neuf sur la vie des grandes femmes et des grands hommes, conduit le lecteur de surprise en surprise, elle le passionne et lui donne à réfléchir. N’avons-nous pas là les trois éléments qui font un bon livre d’histoire ?


    votre commentaire
  • Bébés


    votre commentaire
  • Grimaldi


    votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • 4 commentaires

  • votre commentaire
  • Mon champagne était un tantinet acide. Le tournedos plus que bien cuit avait souffert du retard du président français. » Ainsi Marc Roche décrit-il son dîner à Buckingham avec sa voisine de table : Elizabeth II. C'est la femme la plus célèbre du monde. Devenue reine par accident, après la disparition prématurée de son père, elle a réussi à surmonter toutes les crises. Au prix de concessions à l'air du temps ? En fait, la souveraine, âgée de 94 ans, n'a jamais donné d'interview à la presse ! Même à ses plus proches collaborateurs, elle ne se livre jamais. Son langage est codé : un « En quoi cela peut-il aider ? » veut dire « Voilà une idée totalement saugrenue. » Elle parle français et aime le pays qui lui a donné une préceptrice, un chef en cuisine et des présidents qu'elle a presque toujours appréciés.

    Ce document passionnant, servi par une écriture romanesque, nous dévoile une femme exceptionnelle, que l'auteur a eu la chance de rencontrer à bon nombre de reprises en tant que journaliste installé à Londres depuis plus de trois décennies. Longtemps correspondant du Monde à Londres, Marc Roche l'est aujourd'hui pour Le Point. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages dont La Banque, une enquête sur Goldman Sachs.


    3 commentaires

  • votre commentaire
  • Notre petit Harry


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique